Côte d’Ivoire: Des attaques de milices à partir du Liberia, selon Human right watch

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Le gouvernement libérien n’a pas su empêcher les milices et les mercenaires basés sur son territoire de recruter des enfants soldats et de lancer une série de raids meurtriers sur des villages situés en Côte d’Ivoire, selon Human Rights Watch.

Plusieurs milliers de Libériens ont combattu aux côtés des forces de l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pendant la crise qui a suivi l’élection présidentielle de novembre 2010 avant de se retirer au Liberia après sa chute en avril 2011.

Politique de l’Autruche

Ces combattants, accusés d’avoir tué des civils lors des violences de l’an dernier, ont mené depuis juillet 2011 quatre attaques sur des villages de l’ouest de la Côte d’Ivoire qui ont fait 40 morts, écrit HRW dans un rapport publié ce mercredi. «Depuis plus d’un an, le gouvernement libérien pratique la politique de l’autruche», estime Matt Wells, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch.

«Plutôt que d’assumer leur responsabilité de poursuivre en justice ou d’extrader les personnes impliquées dans des crimes internationaux, les autorités libériennes sont restées passives alors que beaucoup de ces personnes recrutent des enfants soldats et mènent des attaques transfrontalières meurtrières.»

Joint par Reuters, un porte-parole du gouvernement libérien a dit ne pas être en mesure de commenter le rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme.

Reuters
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »