Le président de la Knesset : “ LA COTE D’IVOIRE A TOUS LES ATOUTS POUR DEVENIR UNE LOCOMOTIVE ÉCONOMIQUE ”

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Programme pas de tout repos pour le Président Ouattara. Hier, c’était, tour à tour, avec M. Reuven Rivlin, Président du Parlement à la Knesset. Avec lui, ce fut le même engagement d’Israël, à aider la Côte d’Ivoire : « Israël se considère, dira-t-il, comme associé en valeur et en qualité face aux défis du développement africain. Nous continuerons à partager notre expérience et notre savoir-faire avec la Côte d’Ivoire en particulier… dans tous les domaines :

agriculture, médecine, technologie, éducation, etc. » Pour lui, cette visite, 50 ans après d’un Président ivoirien en Terre sainte, est la preuve que « les liens d’Israël avec la Côte d’Ivoire sont stables et solides ». Malgré les crises qu’elle a subies, desquelles elle tente de sortir. L’espoir est permis, ajoutera-t-il, avec le Président Ouattara, lui qui « a lutté de nombreuses années pour l’instauration d’un régime démocratique dans son pays » ; qui « a payé un lourd prix personnel, et a souffert de violences exercées contre lui et ses partisans ». Il n’en saurait être autrement : « La Côte d’Ivoire possède tous les atouts nécessaires, pour devenir une « locomotive économique ». Le cas de son pays, et singulièrement de Jérusalem, en est un exemple bien frappant : « Il y a 50 ans, cette terre était une terre desséchée. Aucune fleur ne pouvait y pousser. Grâce au travail, à la coopération, à la bonne répartition de l’eau du Jourdain, Israël a réussi à faire d’elle, un verger, un potager florissant… ». C’est pourquoi, il reste convaincu que son hôte mènera son pays sur la voie de la croissance et de la prospérité, en consolidant, entre autres, les bases de la démocratie. Qui ne doivent pas se résumer, précisera le Chef de l’Etat ivoirien, qu’aux élections, mais à son exercice au quotidien, par le respect des droits et des libertés publiques, la construction d’un Etat de droit. Aussi énuméra-t-il les avancées significatives dans ce domaine : la mise en place progressive des institutions de la République, avec, entre autres, le Parlement qui fonctionne, la consolidation de toutes les institutions.  La démocratie devient une réalité, de même que la relance économique, avec un taux d’inflation de 2% et une croissance qui tourne, cette année, autour de 8%, etc. Un travail en construction qui fait dire au chef du Parlement: « L’Etat d’Israël, et la Knesset d’Israël, sont plein d’estime et de considération pour les leaders de Côte d’Ivoire et ses habitants, pour leurs efforts en vue d’instaurer un pays démocratique, stable et fonctionnel ».

Question de politique internationale, le président du Parlement en profitera pour donner la position de son pays sur des sujets qui touchent le monde arabe. «Notre combat est celui contre l’intégrisme, le panarabisme, le refus de reconnaître Israël à exister… La paix va venir, si les peuples qui vivent dans cette partie du monde comprennent qu’ils ont vocation à vivre ensemble. Israël aspire à vivre en paix avec ses voisins… ». Pour le soutien à cette posture, il a réaffirmé, devant son hôte, le respect pour la politique que mène la Côte d’Ivoire envers Israël. Celle fondée sur la constance, avec comme principe, le dialogue pour le règlement des conflits. Le Président ivoirien dira d’ailleurs : « La Côte d’Ivoire n’a que des amis ; elle n’a pas d’ennemis ». Et sa position n’a pas changé d’un iota. Pour elle, précisera-t-il, l’Etat d’Israël doit continuer d’exister aux côtés des autres Etats par la recherche constante du dialogue, « l’arme des forts », aurait dit Félix Houphouët-Boigny.

Michel Koffi

http://www.fratmat.info

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »