“Il n’y aura plus d’impunité en Côte d’Ivoire”

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Visite du Chef de l’État en France

Après le tête-à-tête “ fructueux ” qui a duré une bonne heure, les présidents François hollande et Alassane ouattara ont fait des déclarations conjointes. occasion saisie par le président ivoirien pour parler de la crise post-électorale.

Côte d’Ivoire-France

nous avons passé une heure et quart avec le président hollande. nous avons fait le tour des excellentes relations qui existent entre la côte d’ivoire et la France. ce sont des liens historiques, d’amitié qui sont solides et très forts. nous avons parlé, bien entendu, de la bonne situation économique qui a un impact sur toute la zone de l’Afrique de l’ouest, des questions relatives à la sécurité, la défense, la réconciliation, mais égale- ment de la sous-région.

Crises en Afrique

de la situation en Guinée-Bissau, au Mali, sur le continent et dans le monde ? c’était un échange particulièrement fructueux, une opportunité aussi de se connaître, puisque c’est la première fois que je rencontre le président hollande. nous avons convenu que nous nous verrons souvent, nous nous appellerons souvent pour suivre la situation au niveau de la cedeao, du continent et dans le monde.

Intervention militaire au Mali

La question ne se pose pas en ces termes. nous sommes dans un processus politique qui va voir le retour du président intérimaire dans les prochains jours, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, l’arrivée des troupes de la cedeao pour soutenir l’armée malienne. Les négociations sont en cours avec d’autres chefs d’état, en l’occurrence les présidents Blaise compaoré du Burkina Faso, Goodluck Jonathan du nigeria. A l’issue de ce processus, nous nous retrouverons au niveau des chefs d’État pour voir, ensemble, quelle doit être la stratégie militaire. Mais, nous n’excluons pas l’intervention armée. nous allons d’ailleurs demander une résolution des nations unies qui, nous l’espérons, sera votée dans les prochains jours pour que nous ayons la couverture nécessaire pour une éventuelle intervention armée.

Troupes ivoiriennes au Mali

non, vous savez que la côte d’ivoire est sous mandat de l’ONU. par conséquent, nous ne pouvons participer que dans un cadre général, avec les officiers. nous ne pouvons donc pas envoyer des troupes au Mali, puisque nous-mêmes, nous recevons des troupes de l’ONU en ce moment.

Demande de démission du gouvernement par le Fpi suite aux événements de Duékoué

Le gouvernement actuel est un gouvernement démocratique, élu, reconnu par la communauté internationale pour un mandat de 5 ans. nous continuons de faire notre travail qui est apprécié par la majorité des ivoiriens. Je tiens à la réconciliation. J’ai proposé au Fpi de participer au gouvernement, il n’a pas accepté ; de participer aux élections législatives, cela non plus n’a pas été le cas. J’espère qu’ils participeront aux élections locales, communales et régionales, pour leur permettre de contribuer à la réconciliation. c’est par la base que la réconciliation doit commencer. nous devons parler à nos compatriotes, prêcher le pardon, mais il faut la repentance. nous devons faire en sorte que la côte d’ivoire soit un pays apaisé. J’y travaille. toutes mes déclarations vont dans ce sens et je continue de tendre la main au Fpi. Qu’on sorte de cette situation d’organiser la déstabilisation qui ne peut pas aboutir et de rentrer dans le processus politique. c’est par la politique, la démocratie que nos pays pourront se développer et je tiens à cela.

Sécurisation de l’Ouest de la Côte d’Ivoire

cela se passe bien, malgré les soubresauts que vous voyez. Vous faites sans doute allusion aux événements de duékoué. ces événements ont commencé par un acte criminel que je condamne. cet acte a provoqué la révolte des populations qui sont allées détruire un camp de réfugiés. Je condamne cela, également. J’ai mis en place une commission d’enquête et j’attends les résultats. tous ceux qui seront reconnus comme ayant contribué, directement ou indirectement, à ces actes seront transférés devant la justice. il n’y aura plus d’impunité en côte d’ivoire.

Déclaration du Président François Hollande suivie de questions – réponses :

« nous avons eu un échange tout à fait fructueux sur les relations entre nos deux pays, sur également la responsabilité- té qui est la sienne à la tête de la cedeao par rapport à la situation du sahel qui me préoccupe beaucoup et sur nos relations bilatérales. sur le plan économique et commercial, il y a eu des décisions importantes qui ont été prises à l’occasion de la visite du président Ouattara, notamment pour l’annulation de la dette et également sur les questions de sécurité pour lesquelles nous sommes tout à fait mobilisés.

L’état des relations entre la France et l’Afrique francophone

nous voulons avoir une relation avec l’Afrique. s’il y a des relations qui tiennent à notre histoire, à notre langue, nous voulons que la France et l’Afrique aient un partenariat. J’aurai l’occasion de le dire au prochain sommet de la Francophonie [ndlr : 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa du 12 au 14 octobre 2012. nous voulons que ces relations se passent dans la transparence et le respect, avec des principes qui sont ceux que nous posons dans les relations avec tous les pays du monde. Qui sont la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, le respect des droits de l’homme. nous avons une volonté qui est de permettre à l’Afrique de connaître un développement. Aujourd’hui, c’est le cas. nous oublions que l’Afrique est un continent qui connaît une croissance économique, quand d’autres éprouvent davantage de difficultés. cela rend encore plus que nécessaire notre partenariat et notre relation. par ailleurs, avec le président Ouattara, j’avais eu l’occasion, à l’époque candidat, d’échanger un certain nombre de réflexions au moment où il était venu en France. et je lui avais confirmé que, quel que soit le vote des Français, nous avions à cœur de poursuivre les relations entre la France et la côte d’ivoire.

Position de la France sur une éventuelle intervention militaire au Mali

d’abord, le Mali doit retrouver une gouvernance, c’est- à-dire une participation de toutes les sensibilités au gouvernement du Mali. Je sais que le président traoré va se rendre dans son propre pays. il est ici en France, et vous en connaissez les raisons [ndlr : le président traoré dioncounda avait été admis d’urgence en France pour des soins, suite à son agression dans son bureau, au palais présidentiel à Bamako, le 21 mai dernier] - pour faire ce travail indispensable de rassemblement et de réconciliation. ensuite, c’est ce gouvernement qui appellera la solidarité, d’abord des Africains, pour qu’ils décident d’une éventuelle intervention. Je l’ai confirmée, nous, la France, dans le cadre des nations unies, une résolution du conseil de sécurité, nous appuierons ce que les Africains, eux-mêmes auront décidé.

Reprise de la parole par le Président Ouattara après la déclaration de son homologue français

Monsieur le président, je voudrais vous remercier, en présence de la presse, pour l’accord bilatéral d’annulation de la dette de la côte d’ivoire envers la France que nous avons signé avec le ministre des Finances. La dette de la côte d’ivoire à l’égard de la France de 99,5 %, c’est-à-dire plus de trois milliards d’euros. cela va nous permettre de renforcer les investissements dans les secteurs sociaux. c’est pourquoi, je voudrais vous dire un grand merci, à vous-même et votre gouvernement.

François Hollande

Merci. c’est un acte que nous voulons faire, non pas dans un esprit simplement de générosité. nous ne voulons pas ce type de relation ! cet acte va dans le sens de la solidarité pour le développement de la côte d’ivoire.

propos retranscrits pAr

Clément YaO

correspondant permanent en France

Fraternité Matin

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »