Cote d’Ivoire: SOTRA : Nouveaux bus, mêmes problèmes

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :


Cote d’Ivoire - Abidjan le 07 janvier 2013 © koaci.com - La Société Abidjanaise de Tansport-SOTRA qui effectue le transport urbain des Abidjanais avait annoncé de nouveaux bus pour 2013. Effectivement en services depuis quelques semaines, ces nouveaux bus posent déjà problèmes : ils n’ont pas assez de place, il y fait très chaud, en plus ils ne sont pas réguliers.

A Abidjan, capitale économique de la Cote d’Ivoire, le transport urbain public est géré par la SOTRA, mais très vite dépassé par l’urbanisation accrue de la ville la concurrence s’est installé et les véhicules banalisés appelé communément ‘ woro-woro’ ainsi que les minicars dénommés ‘gbakas’ se sont taillé une part de ce marché. Pour ce faire la SOTRA a décidé d’agrandir son parc automobile pour l’année 2013 avec environ 1300 autobus et bateaux-bus. Dès la fin 2012 effectivement, les nouveaux bus ont fait leur apparition dans le paysage urbain Ivoirien surtout grâce à leur nouveau design et leur couleur verte éclatante inspirés du drapeau Ivoirien.
Dénommés express, ces bus relient différents quartiers d’Abidjan au tarif de 500 frs cfa, ils sont sensés offrir des places assises à tous ses occupants et circuler chaque 20mn. Mais la réalité est toute autre car ces nouveaux autobus sont déjà décriés par ses usagers, d’abord parce qu’ils offrent moins de place assises que les précédents (environ 40 pour les nouveaux contre environ 60 auparavant). Il est donc courant de voir les usagers se tenir debout tout au long du trajet alors que le principe de l’express est de permettre à tous ses passagers de voyager assis. Au manque de place assise s’ajoute celui de la chaleur, il y fait extrêmement chaud, une chaleur vraiment étouffante en raison des épaisses vitres de ce bus qui ne comporte que 4 fenêtres. Ce qui parait logique pour un véhicule fabriqué en Hollande dans un pays tempéré, mais qui n’est pas adapté à notre climat tropical. Enfin ces autobus sont de moins en moins réguliers, il n’est pas rare de passer 1h30 à les guetter à l’arrêt de bus, vu l’insuffisant nombre de places, ils se remplissent vite et ne s’arrêtent bien souvent plus au bout de deux arrêts après leur lieu de départ.

Pourtant l’argument marketing de ce bus ‘l’express’ lors de son introduction dans le transport urbain Abidjanais était la régularité et le confort des passagers. Avec ces nouveaux bus le constat est sans appel, la SOTRA ne satisfait plus les Ivoiriens.

Source : Koaci

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »